CGO CONSULTATION

Octobre 2020 – N1

Pratiquants des sites naturels d’escalades

Le collectif Grimpe Outdoor

Ensemble pour promouvoir les Escalades en sites naturels

Garder le contact avec le collectif

Intégrer notre groupe facebook pour suivre nos actualités et nos actions.

Contexte de cette consultation

La majorité des sites d’escalade équipés de hauteur modeste (en général une longueur), ce qu’on appelle « site sportif », fait l’objet d’une gestion souvent officialisée par une convention signée entre le propriétaire et la FFME. Suite à l’accident de Vingrau, qui a conduit à la condamnation de la fédération avec un dédommagement de 1,6 millions d’euros à la victime, le modèle historique de convention a été dénoncé par la FFME ce qui, en l’état du droit français, réattribue automatiquement la garde de la falaise au propriétaire, qui voit ainsi engagée sa responsabilité en cas d’accident l’exposant à d’éventuels dédommagements. Cette évolution fait peser une grande menace sur l’accès aux sites d’escalade et à leur pérennité.

Le Collectif Grimpe Outdoor a été créé dans cette période de crise afin de regrouper la communauté de tous les grimpeurs en sites naturels d’escalade (SNE) dans le but et au-delà des polémiques, de trouver des solutions permettant à l’escalade en SNE de survivre en préservant l’accès aux falaises. Cette période est aussi l’occasion de réfléchir plus profondément à nos valeurs et à ce qui nous rassemble.

Pourquoi cette consultation

Bien que ce collectif soit composé de grimpeurs souvent très impliqués dans la gestion et le développement des sites et qui sont de fins connaisseurs de la question, il est important, au regard des nouveaux publics de la grimpe et des pratiques variées de l’escalade, « des escalades », d’avoir une photographie de ce que l’utilisateur souhaite pour les falaises de demain et comment conçoit-il sa place, son rôle, son implication dans ce domaine.

Il s’agit ici de la première consultation d’une série de consultation sur les escalades. Ici nous ciblons plus particulièrement l’escalade sportive. 

 

Durant l’ensemble du questionnaire nous entendrons par SNE les sites naturels d’escalade.

REMARQUE : Sans précision particulière, le SNE concernera le site sportif c’est-à-dire un site bien équipé et entretenu, de faible hauteur (une longueur) dans un environnement ne présentant pas de danger particulier.

Glossaire des termes utilisés (si vous ne comprenez pas une question)

Glossaire :

SAE : structure artificielle d’escalade, appelé aussi mur d’escalade. Il s’agit d’un équipement sportif associé à un gymnase ou dans un espace indoor dédié (salle d’escalade)

SNE : site naturel d’escalade.  Acronyme générique pour qualifier tous les espaces naturels rocheux sur lesquels on grimpe du bloc à la grande voie de plusieurs longueurs

Site Sportif : dénomination fédérale pour qualifier des SNE répondant à un cahier des charges comme la qualité du rocher, l’accessibilité, l’utilisation d’ancrages normés, une hauteur moyenne de 1 à 3 longueurs et un suivi du site permettant ainsi de circonscrire en grande partie les risques objectifs

Site découverte : dénomination fédérale pour désigner une catégorie de sites sportifs particulièrement sécurisés et censés circonscrire  les risques objectifs.

Risque objectif : risque qui ne dépend pas directement du grimpeur (chute de pierre, prise qui casse, ancrage qui s’arrache, accès scabreux…)

TA : notion fédérale vague qui  désigne tous les autres SNE ou itinéraires (voie « TA ») comme des grandes voies peu ou partiellement équipées, des voies en « terrain type  montagne »…

Falaisiste : grimpeur qui pratique l’escalade en falaise

Couenne : terme familier qualifiant une voie d’une longueur en site sportif, on parle ainsi de « site de couennes » entre grimpeurs branchés.

Engagement : l’engagement est une notion subjective qui se traduit sur le terrain par une distance notable entre les points d’assurage qui oblige un grimpeur juste au niveau à se dépasser psychologiquement sans pour autant prendre des risques physiques marqués.

Exposition : un passage exposé sous entend que la chute  est déconseillée car potentiellement dangereuse (retour au sol d’une bonne hauteur, chute sur un obstacle comme une vire ou un arbre…)

Pas obligatoire : dans une voie, un « pas obligatoire » signifie que pour le niveau annoncé de la voie (exemple 6a) il y aura une section en 6a dans laquelle il ne sera pas possible de s’aider de l’ancrage

Pas de bloc : dans une voie cela veut dire que la difficulté est concentrée sur un passage de 3 à 5 mouvements  en général.

Buter : ne pas passer dans une voie devant un passage trop difficile ou trop engagé et être obligé de redescendre

Bricolage : certains ouvreurs interviennent sur le rocher en améliorant des prises, en les renforçant voire en les taillant, on parle alors de bricolage

Ancrages : il s’agit des points d’assurage en place et généralement les bons comme les broches scellées ou les goujons

Canne à pêche : c’est une canne télescopique qui permet de mousquetonner à distance des ancrages un peu lointains, très utiles pour certains départs de voies exposés à un retour au sol dangereux en cas de chute.

Dégaine « panique » : dégaine spéciale, longue et rigide avec un mousqueton qui reste ouvert et qui permet de gagner une quarantaine de centimètres d’allonge  lors du mousquetonnage

Merci de partager notre consultation sur facebook pour participer à son succès
59 Partages

La qualité des sites d’escalade en France, leur nombre et leur variété en font un patrimoine unique. Nous devons pérenniser leur avenir et je soutiens ce collectif qui souhaite rassembler l’ensemble des acteurs et des institutions pour que nous trouvions ensemble des solutions.

Arnaud Petit

J’ai dernièrement été bousculé par le déconventionnement massif, et ce que cela engendre derrière. Une peur m’anime, celle de perdre ma raison de vivre.  Il faut trouver une solution, des solutions. C’est pourquoi j’apporte mon soutien et mon grain de sel au CGO qui rassemble les passionnés de tout horizon pour discuter et agir afin d’aller de l’avant et trouver des solutions au problème actuel qu’est le conventionnement des sites naturels

Seb Bouin

Nous développons l’esprit de cordée pour que la communauté des escalades s’encorde ensemble et crée de nouvelles voies. Notre nouveau sommet sera dans la capacité à nous réinventer.

Antoine Le Menestrel

Questionnaire consultation SNE

Quelques petites astuces pour remplir le questionnaire :

  • Toutes les pages ne sont pas à remplir, certaines pages ne sont réservées qu’aux équipeurs, gestionnaires ou grimpeurs confirmés et vous sont cachés automatiquement suivant les choix fait. En règle générale, il ne vous faut pas plus de 10 min.
  • Merci de ne pas abandonner au milieu, encore quelques minutes d’efforts et votre résultat pourra être pris en compte
  • Un glossaire est mis à disposition, si certains termes vous sont étrangers (accessible à tout moment en haut de la page)

Glossaire :

SAE : structure artificielle d’escalade, appelé aussi mur d’escalade. Il s’agit d’un équipement sportif associé à un gymnase ou dans un espace indoor dédié (salle d’escalade)

SNE : site naturel d’escalade.  Acronyme générique pour qualifier tous les espaces naturels rocheux sur lesquels on grimpe du bloc à la grande voie de plusieurs longueurs

Site Sportif : dénomination fédérale pour qualifier des SNE répondant à un cahier des charges comme la qualité du rocher, l’accessibilité, l’utilisation d’ancrages normés, une hauteur moyenne de 1 à 3 longueurs et un suivi du site permettant ainsi de circonscrire en grande partie les risques objectifs

Site découverte : dénomination fédérale pour désigner une catégorie de sites sportifs particulièrement sécurisés et censés circonscrire  les risques objectifs.

Risque objectif : risque qui ne dépend pas directement du grimpeur (chute de pierre, prise qui casse, ancrage qui s’arrache, accès scabreux…)

TA : notion fédérale vague qui  désigne tous les autres SNE ou itinéraires (voie « TA ») comme des grandes voies peu ou partiellement équipées, des voies en « terrain type  montagne »…

Falaisiste : grimpeur qui pratique l’escalade en falaise

Couenne : terme familier qualifiant une voie d’une longueur en site sportif, on parle ainsi de « site de couennes » entre grimpeurs branchés.

Engagement : l’engagement est une notion subjective qui se traduit sur le terrain par une distance notable entre les points d’assurage qui oblige un grimpeur juste au niveau à se dépasser psychologiquement sans pour autant prendre des risques physiques marqués.

Exposition : un passage exposé sous entend que la chute  est déconseillée car potentiellement dangereuse (retour au sol d’une bonne hauteur, chute sur un obstacle comme une vire ou un arbre…)

Pas obligatoire : dans une voie, un « pas obligatoire » signifie que pour le niveau annoncé de la voie (exemple 6a) il y aura une section en 6a dans laquelle il ne sera pas possible de s’aider de l’ancrage

Pas de bloc : dans une voie cela veut dire que la difficulté est concentrée sur un passage de 3 à 5 mouvements  en général.

Buter : ne pas passer dans une voie devant un passage trop difficile ou trop engagé et être obligé de redescendre

Bricolage : certains ouvreurs interviennent sur le rocher en améliorant des prises, en les renforçant voire en les taillant, on parle alors de bricolage

Ancrages : il s’agit des points d’assurage en place et généralement les bons comme les broches scellées ou les goujons

Canne à pêche : c’est une canne télescopique qui permet de mousquetonner à distance des ancrages un peu lointains, très utiles pour certains départs de voies exposés à un retour au sol dangereux en cas de chute.

Dégaine « panique » : dégaine spéciale, longue et rigide avec un mousqueton qui reste ouvert et qui permet de gagner une quarantaine de centimètres d’allonge  lo