L’ECI (escalade club de l’Isère)

Fondé il y a 35 ans pas 4 grimpeurs-ouvreurs actifs, le club avait pour but de regrouper les équipeurs de l’Isère au sein d’un club dont l’objectif était de développer l’escalade sportive en site naturel.

Rappelons qu’à l’époque l’équipement était l’affaire d’individuels qui finançaient eux même leurs points, ainsi de nombreux sites avait un équipement hétéroclite qui relevait plutôt de l’alpinisme que de la grimpe. Le nom du club se voulait générique et déclinable en autant de départements qui ont des falaises afin d’étendre cette dynamique d’équipement et finalement quelque part de créer des structures « ad hoc ». La FFM, le CAF de l’époque ne se sentaient pas concernés par les falaises d’escalade et rejetaient nos demandes d’aide.

D’abord affilié à la FFE qui après 2 ans d’existence fusionna avec la FFME, l’ECI développa de nombreux sites d’escalade et regroupa la grande majorité des équipeurs Isérois. Parallèlement,  le club s’est investi rapidement et fortement dans la gestion de l’escalade au niveau de la FFME locale et fut à l’origine des premiers plans départementaux d’équipement qui amenèrent des financements publics jusqu’alors inexistants. Nous créâmes également un autocollant associé aux topos dont le message était « je ne suis pas un rat des falaises, je participe à l’équipement » et 10 francs par topo  étaient reversés au club pour financer du matos. Bref beaucoup d’idées novatrices pour l’époque.

L’ECI est encore aujourd’hui un club dédié à l’équipement et rassemble de nombreux ouvreurs et des grimpeurs sensibles à cette problématique.  C’est un acteur incontournable de l’escalade en Isère et son exemple a incité d’autres associations du 38 à se pencher sur l’entretien et  le développement des SNE près de chez eux (EVA, VTNO  par exemple).

A son bilan, les grimpeurs-ouvreurs de l’ECI ont équipé et ouvert des milliers de longueurs en couenne et  grande voie et créé de nombreux sites  et ce n’est pas fini !

Club affilié à la FFME, c’est un partenaire précieux et  incontournable du comité départemental.

L’ECI s’est également positionné fortement contre les topos  piratés (compilations étrangères et topos en ligne), Jean Michel Cambon était très militant dans cette lutte contre les GAFA de la grimpe.

Claude Vigier, co-fondateur de l’ECI