Je suis un amateur, au sens propre : j’aime grimper. J’ai commencé avec mon frère, j’avais 8 ou 9 ans, chez notre mamie certains dimanches après midi : nos parents parlaient  avec nos oncles ,tantes et grand parents et nous avions la permission d’aller ” aux aires”, lieu magique avec de petits rochers de 2 ou  3 m que nous escaladions en chaussures du dimanche et puis du haut desquels on jouait à sauter  (“les hommes volants”). Depuis je grimpe,  mais dans la nature seulement , j’ai essayé l’escalade indoor, mais impossible, ça me gratte partout et je ne gère pas du tout (bras en bouteilles de Perrier tout du long).

Le mois prochain j’aurai 70 ans (!…). Je ne grimpe plus que sporadiquement depuis 1 an, mais toujours avec un immense plaisir. J’ai toujours été un grimpeur médiocre (cinqsupien) mais je me suis toujours régalé dans les Cévennes, la Provence ainsi que dans le massif du Mont Blanc: la Mecque! pendant des décennies, autant de plaisir en tête qu’en second ou en moulinette dans les voies trop dures, ou dans les longues randonnées à dénivelée.

J’ai adopté cette devise lue un jour : l’important n’est pas le but , c’est le chemin.

Quand je contemple un nuage, je cherche la plus jolie voie pour le parcourir. 

Paix et fraternité.

0 Partages